Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un nouveau management ou comment je danse la salsa avec B. 22 ans !

Je crois que je viens d'atteindre le niveau ultime du management participatif !!!

Faut que je vous raconte : aujourd’hui, j’ai dansé la salsa, de bon matin, avec B. 22 ans.

Eehh ouais ! Et je vous mets au défi de dépasser ce niveau !!! 

Voilà l’histoire : c’est à la fin de la réunion que je mène de manière hebdomadaire, que les membres de l’équipe ont rappelé à leur comparse, le fameux B., qu'il s’était engagé à effectuer une démonstration de danse de salon (ils aiment se lancer des challenges et moi, ça me fait plutôt marrer). 

Mais… je comprends surtout, à ce moment précis de la réunion, que si on ne passe pas en-semble cette étape, la journée, voire la semaine, ne se lancera pas dans la motivation que tout bon manager (que je suis censée être) pourrait souhaiter et garantir à son équipe.

On est lundi. C’est l’été (enfin, façon de parler). Les projets ne sont pas simples. Faut rester soudés. Je n’ai pas envie de faire ma vieille schnock dès les premières heures … alors, j’acquiesce et contribue à la demande générale : 
Chacun de clamer « Bran-don (prononcer brane-done), Bran-don, Brandon!! »  (Oops, zut, j’ai craqué. Ben oui. J’ai un Brandon* dans mon équipe. Et ça aussi, ça me donne vachement de points d'avance pour atteindre le niveau ultime, non ??!)

Bref, voilà mon Brandon qui accepte le challenge, mais à la condition d’avoir une partner. (évidemment!)

Comprenez alors que ces demoiselles autour de la table - qui jusque là gloussaient à l’idée de le voir se dandiner devant elles (il est vrai qu'il est plutot joli garçon) - se font, d’un seul coup, très très timorées et que, si l’on veut avancer motivés ensemble dans cette matinée déjà bien entamée, il va falloir m’y coller (c’est aussi ça, être chef !!!).

En un simple clic, H. , qui à nulle autre pareille sait trouver ce qu'il faut au moment où il le faut, lance illico la musique et me voilà embarquée par Brandon dans une salsa très rythmée. 

La musique envahit la pièce. Nous nous rapprochons.. Mais moi, la salsa, je n’ai jamais su correctement la pratiquer ! Alors bon … je me prends au jeu, me laisse guider et me rends compte, en fait, que Brandon ne s’attendait pas à m’y trouver et que c’est lui que la gène est en train de gagner.… Il est rouge pivoine (nous l'avons tous remarqué) mais continue de nous faire dandiner, lui et moi, sérieux comme jamais, concentré. L’honneur, probablement, qu’il semble vouloir sauver. Et même si je campe une mine toute aussi sérieuse que la sienne (je suis chef, quand meme !!), je dois vous avouer que je trouve cela vachement appréciable. En fait, il est doué, le Brandon! Faut dire qu’il pratique sévèrement la danse de salon, i.e. en compétition ! Alors moi, j'en profite ! 

Vous vous douterez –au passage- que son déhanché aura émoustillé l'assemblée et suscité les applaudissements rythmés ! (Il me parait opportun de rappeler ici que nous bossons pour l'Etat !!)

Au bout de 5 bonnes minutes de dandinage, j’annonce, avec mon ton de chef, qu’il suffit. Chacun repart à son poste, semble t'il satisfait de l'exercice. La liesse tombe doucement n'effaçant pas pour autant les sourires. La journée, que dis-je, la semaine peut commencer !

Vous ne le croirez peut-être pas, mais il me semble que ces qqes pas de danse ont assis pour longtemps ma légitimité !!
Alors, entendons-nous : certainement pas pour mes talents de danseuse (Faut pas se leurrer. Je pense que le ridicule m’habille désormais à jamais dans leurs esprits) mais parce qu’à avoir relevé le challenge sans m’en être faite priée, je les ai tous calmés !!

Il me faut vous dire, par ailleurs, que c’est le même Brandon qui, à peine arrivé dans l’équipe, posait ses coudes sur le bureau et la tete dans ses mains -genre tombeur- à qqes centimètres à peine de distance de moi, me fixait droit dans les yeux, et, d’une voix aussi suave que culottée, cherchait, par amusement, à me provoquer en me demandant : 
"Dis moi, Chloée, qu'est-ce qui te trouble dans la vie ?!?! " (oui oui !! Sûr de lui, le gars!). 

J’avais ce sentiment d’être en face d’un collégien qui, pour amuser ses ptis camarades ou prouver qu'il avait du poil au menton, me testait !

Sur le même ton assuré et sans fausse note, -il le fallait- j’avais répondu, convaincante :

« Pas grand chose, Brandon. Pas grand chose ! »

mais rougissant intérieurement  (je me savais menteuse, pensant précisemment à ce que "The man who sold the world" ou encore "Time", écoutés le soir dans un bar à 3 lettres près des grands boulevards, déclenchent chez moi), je prenais alors déjà pleinement conscience des enjeux et principes de management qui se présentaient à moi, désormais, et qui n'avaient plus rien à voir avec ceux  que jusqu'alors, de la bonne vieille école, je pratiquais !

Face à un tel applomb, il allait falloir assurer !

Mais jamais je n’aurais deviné qu'il faudrait danser la salsa un lundi matin, pour clore une réunion et asseoir mon autorité !!

Tout fout le camp, ma bonne dame. Tout fout le camp. 
Surtout, les bases du managemaaan !!!!

 

*= c'était ça ou Dylan, m'a t'il expliqué lorsque je l'ai recruté. Non pas que je sois sectaire, mais plutôt compatissante et amusée : pauv' pti gars ! Lui même admet en chier, tout ça parce que sa mère était fan de Beverly Hills (une référence, vous l'admettrez !!) 
Et le plus amusant dans l'histoire est que, dans les 60 salariés que nous sommes, il ya un second Brandon, arrivé le même jour !!! (Niveau probabilité, on fait fort)
Alors, pour les différencier, je les nomme Q et Mister T (en anglich dans le terme) en lien avec les initiales de leurs 2 noms respectifs et pour faire perdurer la réference (aussi), mais ni l'un ni l'autre (de ces Brandon) ne semble avoir percuté !

 

Une prochaine fois, je vous raconterai nos échanges musicaux ou comment j'assume, au contraire de cette histoire, mon coté vieille vieille schnock retrograde et fermée, lorsque le fameux Brandon et ses coturnes tentent de me vanter les louanges musicales d'un dénommé Fonsi ou d'un autre Nassi !!
Non, non et non, sur ce point, (même pour danser) faut pas me chercher !!

 

 

 

Lien permanent Catégories : Billets du jour & Essais 0 commentaire Imprimer

Écrire un commentaire

Optionnel