Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Ca mérite d'être applaudi !

    Quand Marie part a Brussels avec un projet dans le cartable, c'est pour en revenir avec un Trophée dans les mains et 200K euros dans les poches !!

    Dans le cadre de l'IST Grand Prize... 20 selectionnés sur 430 european companies et finalement 3 gagnants... dont son projet Surgetics Kneelogics Application...

    Toutes mes félicitations, ma soeur préférée !!!

     

    e5102ee9f53c199a905dbdc64ede9be4.jpg
     
    On dirait que tu es placée entre un chaperon rouge qui aurait vieilli
    et un Gemini Cricket chevelu !!
     
    Plus d'info ... IST Prize
    Lien permanent Catégories : Billets du jour & Essais Imprimer
  • Le temps qui passe...

    J'ai quitté l'enfance

    mais j'ai gardé l'indolence.

    De toute évidence,

    plus j'en pars, plus j'y pense...

     


    Biolay/Clément

    Lien permanent Catégories : Humeurs Imprimer
  • La voix de Simone !

    Vous allez rire et je vous entends déjà, mais j'ai (ou plutot j'avais) encore, une question à deux francs pour vous !

    Ouuuii, je sais : mes éternelles interrogations qui sortent de nulle part ... vous me connaissez, ca ne changera pas ...

    Après les coquilles d'escargots, ou l'origine du poisson d'avril ... j'en viens à la douce voix de Madame SNCF ...

    N'avez-vous jamais constaté que, quelle que soit la gare dans laquelle vous vous trouvez en France, la voix qui vous informe est sempiternellement la même ?

    Je vous explique ... Mon boulot m'impose de nombreux et réguliers déplacements en train et, outre le fait que je commence à masteurizer gravement en matière de quais de gare, une chose me frappait et commencait à me turlupiner...

    En fréquentant de manière récurrente les gares de Dunkerque, Le Mans, Bourges, Limoges, Marseille, Rennes, Vannes, Montpellier, Nimes, Avignon, Chalons sur Marne, Orleans, Caen, Rouen, Annecy, Lille, Nantes, Angers... avec une préférence en fin de semaine pour celles d'Amiens ou de Grenoble ... j'ai pu constater que la voix qui vous annonce les horaires, les quais, les retards et tout autre message à caractère informatif, est pérpetuellement et constamment la même, égale et sempiternelle... cette voix plutot sympathique qui berce chacun de nos deplacements ferroviaires ...

    Me sont alors venues qqes questions truculentes : comment peut procéder cette dame pour enregistrer chacun de ces messages ? Peut-on vivre de cela ? A sa place, n'est-on pas en droit de craindre l'ennui professionnel ?

    Imaginez - vous : chaque ville, chaque horaire et chaque quai... à énumerer les uns après les autres et à réactualiser, le tout sur un ton égal...

    Alors j'ai commencé à en parler autour de moi. Les rires sont allés bon train (c'est le cas de le dire). Bon nombre d'entre vous de me répondre qu'il s'agissait d'une voix d'ordinateur ! Envisageable, certes, mais je ne m'y résignais pas !

    Non, Non et NON !!! je mettais ma main à couper qu'il s'agissait d'une vraie personne...

    Et j'ai enfin la réponse à ma question. Cette voix, c'est celle de Simone Herault. Oui Oui ... Une Simone ... qui passe sa vie à énumerer les villes, les trains etc. pour rendre le service SNCF humain et convivial !

    Je le sais maintenant parce que j'ai entendu un reportage à son sujet sur France Info. Elle y faisait part de la complexité de son travail à prononcer de la bonne manière des noms de villes comme Chamonix (la question du X prononcé ou non) ou comme Metz ( dont certains prononcent le T) afin de ne pas susciter les susceptibilités des utilisateurs....

    Bref, j'etais enfin ravie de constater que son boulot existait, d'une part, mais que d'autre part, il connaissait des variantes !

    Quand j'ai annoncé cela, et ainsi mon ravissement d'avoir enfin une réponse à mes interrogations, certains ont encore ri ! Et j'avais beau prétendre que l'info était validée, aucun ne m'a franchement crue !

    Et c'est en revenant de Angers, ce soir, que j'ai trouvé mon irréfutable preuve qui fera enfin taire ces trop nombreux rires dubitatifs.

    Non seulement Simone Herault existe, non seulement elle passe son temps à enregistrer des messages, mais en plus, elle ne s'ennuie pas ! Et ses messages du 1er avril ci-dessous exposés en sont le témoin !

    Alors pour conclure... Moi je trouve tout simplement formidable de constater qu'il existe encore en France ce type de métiers "Enregistreuse de messages SNCF" et qu'en plus, il y a matière parfois à s'en amuser ! Personnellement, je trouve que ça laisse pleins d'espoirs !!!

    Cliquez

    5d7614b40682dfed9fcd787fbb1b4214.jpg 
    Lien permanent Catégories : Ou encore 1 commentaire Imprimer
  • Qqes traits d’une vie qui va à 100 à l’heure et dans tous les sens … En avant la musique…

    6/04 - Les mots qui manquent... 

    Depuis longtemps, je voulais tester le Dôme du Marais. Un petit resto sympa, chic et plutôt réputé dans mon quartier … Un chef plutôt bon paraît-il et c’était le cas. Pas mémorable.

    Juste bon. Et surtout, juste avec lui.

    Ca faisait 6 mois que nous ne nous étions pas vus en tête a tête et que je crevais d’envie de le voir, de savoir ce qu’il devenait et de lui dire que « vivre sans le voir de temps en temps, c’est juste pas possible pour moi ! ».

    Un dîner chouette et tranquille...

    Il avait ce sourire tout simplement charmant, cette froideur et cette réserve qui n’appartiennent qu’à lui et que l’on a envie de bousculer.

    Les actualités papesque et constitutionnelle ont alimenté l’essentiel de nos discussions.
    Un voyage de longue durée qui achèverait de nous séparer et que je redoute assurément…

    Je l’ai quitté avec cette terrible inquiétude de l’avoir perdu presque complètement et cette tristesse que je connais maintenant par cœur de ne savoir trouver les mots …

     

    7/04 - L’anniversaire de Caro.

    Un moment mémorable d’échange de conseils culinaires avec Clément, de tartines au parmesan j'ai trouvé un interlocuteur digne de ce nom, sur ce coup là - je veux dire, sur le coup des tartines au parmesan - De fait, on s'est enfilé le pot entier de parmesan à deux !, d’un Rico humoristiquement démoralisateur et de discussion atypique sur la sexualité féminine, à une heure bien avancée de la nuit, une bière à la main au comptoir du Sullivan de la rue St Do.

     

    8/04 - Une journée chômée

    ... pour regarder la cérémonie d’enterrement du Pape avec Hubert.

    Quelques bières

    ... sur la Butte aux Cailles avec Sophie autour desquelles on a, comme d’habitude, refait ce monde qu’on partage depuis nos premières heures … Ces moments avec elle qui me sont chers …

     

    9/04 - Un WE absolument mémorable qui ne vous arrive qu’une fois dans la vie

    Le problème, c’est que je dis cela tous les 2 WE !!

    Mais il faut dire aussi qu’avec Flo et Valou, on a un peu tendance à se laisser porter et à profiter de la vie …
    Bref, au départ, on devait simplement aller acheter nos loons !!! Et puis, Flo au telephone… et ça donne ça …

    16.00 - L’exposition de Rinko Kawauki, une artiste japonaise, à la Fondation Cartier. Je vous la recommande vraiment : des photos d’un calme surprenant …

    18.30 - Apéro dans les salons du Lutetia : 6 filles en jean décontracte au milieu des habitués chics de l’hôtel, sirotant et discutant de littérature et de cinéma . Ca fait largement BoBo, mais curieusement, on adore ça !!

    21.00 - Champagne chez Valérie : au point où on en était..

    22.30 - La Kitchen Gallery : un restaurant à tomber par terre. Pas pour le cadre, moderne et simple, mais pour les 7 plats que William (le chef réputé qui dirige les lieux) nous a dédiés. On avait pas envie de choisir. Du coup, Flo a confié le choix du diner à William. Grande classe, non ?! Et ... elle a eu raison ...

    C’était magique, impressionnant, enchanteur … Un ravissement pour le palais... Un truc de malade !
    Valou et moi, on est d’accord sur ce point : ça faisait longtemps qu’on avait pas été si délicieusement surprises par de la bonne, de la très bonne, de la très très bonne cuisine. Un émerveillement à chaque plat. Une cuisine de très haut vol qu’on se réserve pour les grands moments – et les nouvelles fonctions de Flo en étaient un..

    Tout simplement divin. Chapeau bas, William !

    Flo … je ne suis pas prête d’oublier !

    01.00 - L’Alcazar et son bar Lounge : c’est fou ce que les english s’habillent mal !!!!!!!

    02.00 - Le WAG et sa foule de garçons affamés. A croire que c'était leur point de raliement ce soir là. En tous cas, le lieu idéal pour se la jouer Ab Fab - Patsy étudiante en Californie..

    12.00 - Le salon des Viticulteurs Indépendants : un verre a la main et les produits de plus de 500 viticulteurs à déguster en guise de petit-déjeuner !

    Maintenant que j'y pense, Y avait tout de même une certaine logique dans notre WE !

    17.00 - Million Dollar Baby qui nous a globalement déçus.

    19.30 - Café « Le Café » : première et dernière pause non-alcoolisée du WE (mieux vaut tard que jamais !)

    20.30 - Et pour finir, dîner dans le super appart de Flo, au Chablis s'il vous plait, parce que c'était son WE !

     

    Un WE non-stop... comment dire … assurément arrosé… mémorablement délicieux … définitivement élitiste… incontestablement bon … juste … juste … juste quoi Valou ?

    Faudrait pas que Flo change trop rapidement de fonctions, parce qu’avec un emploi du temps comme ça, on ne passera pas les 40 balais !

     

    13/04 - Bobine d'or du film La Marche de l'Empereur

    Des petits fours et de la bonne musique entre gens du cinéma. On se congratule. Ca fait trendy... Une salle pleine de manchots !

     

    15/04 - Et l'annulation de ce diner ...

    ... il était question de descendre à Montpellier ... Soirée annulée, reportée : dommage ! ??!! Une prochaine fois, Edouard !

    A la place, un bon diner de Gros chez Rico... Et c'etait pas mal du tout, non plus !! Comme quoi, ce qui compte dans la vie, ce sont les amis. 

    Lien permanent Catégories : Billets du jour & Essais Imprimer
  • Poisson d'avril ?!?

    Voici quelques histoires susceptibles de nous éclairer sur la question du Poisson d'Avril...

    * Jusqu'en 1564, sous le règne de Charles IX (1550-1574), l'année débutait le 25 mars ou le 1er avril (jour de Pâques). Le Roi, par ordonnance (l'édit de Roussillon datant du 9 août 1564), institua le début de l'année le 1er janvier.

    Il était coutume, le premier jour de chaque année, de se faire des petits cadeaux entre proches. Le 1er janvier 1565, chacun fit donc ses étrennes. Cependant, le 1er avril, certains firent de nouveau des étrennes, comme il était de tradition depuis des années... Est-ce par habitude de la date, par opposition à l'édit qui avait modifié le calendrier ? Il a été rapporté que ses étrennes auraient également pu être de "fausses étrennes", des "faux cadeaux", car il ne s'agissait alors plus du véritable jour de l'an.

    C'est depuis lors que l'habitude a été prise d'offrir, chaque 1er avril, un cadeau symbolique.

    * Comme à cette période de l'année, au début du mois d'avril, en France la pêche est interdite, car c'est la période de reproduction des poissons, certains auraient eu comme idée de faire des farces aux pêcheurs en jetant des harengs dans la rivière.

    * Certains racontent que le "poisson d'avril" serait devenu "poisson" parce qu'au début du mois d'Avril la lune sort du signe zodiacal des Poissons.

    * D'autres enfin supposent que, début avril correspondant à la fin du carême chez les chrétiens où on ne mange pas de viande mais plutôt du poisson, on continuait ainsi à offrir un "poisson" après le carême.

    * Il est également à noter qu'au XVème siècle, un "poisson d'avril" était un jeune garçon chargé de porter les messages d'amour de son maître, en ce début de printemps propice aux amours illégitimes.

    Le "poisson d'avril" du 1er avril n'est pas uniquement français mais aussi européen sachant que ce n'est pas toujours le symbole du "poisson" mis en avant chez nos voisins européens : en Belgique et en Suisse ("Poisson d'Avril"), aux Pays-Bas, en Allemagne ("Aprilscherz"), en Angleterre ("April Fool's Day") ou en Ecosse ("Gowk" ou "Cuckoo").

    En réalité, le poisson d'avril est accroché à nos vêtements depuis la fin du XIème siècle. À cette époque, l'évêque de Grenoble, Hugues, qui deviendra saint, interdit la pêche du 1er avril au 30 juin pour préserver les alevins en cette période de frai. Tout contrevenant était exposé au pilori trois dimanches de suite, avec le dessin d'un poisson sur la poitrine et sur le dos....

    Lien permanent Catégories : Ou encore Imprimer