Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • 2006 Une année d'action ?

     

    Jacques Chirac voudrait que cette année 2006 soit une année d'action. Villepin une année utile ...

    Je ne vous avais pas attendus pour en venir au même point, messieurs nos dirigeants. Mais, qu'à cela ne tienne, puisque nous nous accordons sur ce souhait ...

    Voici ce que je voudrais cette année ...

    - découvrir qui est la personne qui met systématiquement le bitonio sur froid, dans les toilettes

    - passer une soirée avec Edouard Baer

    - me laisser pousser les cheveux

    - chercher du boulot à Nantes, mais vraiment, ou abandonner définitivement

    - faire un film des quais de Seine et des bouchons de la Concorde

    - apérozer au Club House du Polo Club de Paris

    - tous les jours voir le sourire de Julien Leman (un collègue) pour commencer la journée

    - monter dans la grande roue

    - manger de la cervelle, comme quand on était petit

    - perdre 6 kilos

    - dire à Julien-Pierre qu'il me manque

    - achever de lire L'Etat, quand même. de R-F. Le Bris

    - diner chez Lucas Carton

    - parvenir à réparer/changer mon robinet - pcq ca devient n'importe quoi cette affaire!

    - trouver un moyen de visionner des DVD chez moi

    - sortir au moins 10 fois du boulot avant qu'il ne fasse nuit

    - aller visiter la Samaritaine vide de nuit

    - commencer une vraie collection des San Antonio

    - écrire et/ou illustrer un livre pour enfants

    - faire un WE complet de poudreuse avec ma soeur

    - monter dans un hélicoptère

    - au bout de 6 ans, demander à mon voisin de palier ce qu'il fait dans la vie !

    - recevoir une fessée

    - faire la couverture de Voici

    - écrire des chansons pour un chanteur has-been

    - être l'idole d'Helmut Newton

    - démaquiller Melvil Poupaud après un tournage

    - être choisie dans la foule par Robbie Williams

    - être l'héroïne d'un livre à scandale

    - être humiliée par Fogiel dans une de ses émissions

    - chanter avec Bono

    - être la copine de Sofia Coppola

    - dévoyer un gay

    - avoir le Booker Prize

    - être coincée dans l'ascenseur avec Johnny Depp

    - être figurante dans un film de Mathieu Kassovitz

    - louer une maison de vacances et découvrir que le voisin n'est autre que George Clooney

    oops je crois que je m'emporte un peu, là ... 

     

    Lien permanent Catégories : Ou encore 1 commentaire Imprimer
  • C'est pas une question d'âge et c'est ça qui est beau

     

    Petit Cadavre Exquis d'une soirée pré-sylvestrienne entre GROS...

    Il a tout perdu d'un coup, mais ça fait quelques années qu'on le connait, on a aussi invité William, voilà. Je le vois vraiment comme ça. She's also pregnant. That's so great ! C'est la rage de l'informaticien en quelque sorte. Mais finalement, tout sauf l'essentiel. Par rapport à ce qui s'est passé, on a analysé. Je ne suis absolument pas matheux. C'est comme si t'allais au cinoche ou te faire un resto. On a super déconné. We where just sharing. Je sais, c'est comme ça. Oui maintenant. En jeu, on a une tronçonneuse, 10 hallogénes et plein de tupperware. Il a flippé comme jamais. Mais c'est pas une question d'age et c'est ça qui est beau.....

     

     

    Lien permanent Catégories : Billets du jour & Essais Imprimer
  • Noël ?

     

    La fête de Noël date du IIIe siècle. Son origine remonte à ce vieux fond populaire indo-européen que le christianisme ne réussit pas à déraciner.

    A l'époque des saturnales, les Romains ornaient leurs maisons avec du houx, du lierre et des branches de sapin.

    Lors des fêtes du Jul, les Scandinaves plantaient un sapin devant leur porte.

    Dans les pays germaniques, on avait coutume de décorer portes et fenêtres de guirlandes de sapin.

    Paradoxalement, ces origines païennes ont donné une fête chrétienne par excellence, tellement populaire que le peuple avait coutume au Moyen Age de crier : «Noël ! Noël !» pour marquer sa joie en toutes occasions.

    Si la date du 25 décembre pour célébrer Noël remonte à l'an 354 - avant elle, tout l'Orient fêtait l'Epiphanie, le 6 janvier (ce que font encore les Espagnols) -, l'invention du Père Noël est, elle, beaucoup plus récente. Elle apparaît au début du XXe siècle. Signe des temps où le commerce l'emporte sur le mythe et l'échange de cadeaux sur le rituel religieux.

    La bûche que l'on plaçait dans l'âtre la Sainte Nuit (et dont on attribuait aux cendres des vertus merveilleuses) est devenue une pâtisserie, et les douze bougies qui illuminaient l'arbre ont été remplacées par des guirlandes électriques, de préférence clignotantes. Seule la dimension familiale du mythe s'est conservée ainsi que sa convivialité, puisque c'est toujours autour de la table et du sapin que s'organisent les festivités.

    Toutes ces coutumes varient, en effet, d'un pays à l'autre, suivant l'art et la manière de se divertir ou de faire bombance... Si en Europe et dans les pays anglo-saxons, le porc, l'oie et la dinde trônent habituellement sur la table du réveillon, le saumon et la vodka sont à l'honneur en Russie, l'anguille grillée en Italie, la morue en Suède, la brandade au Portugal, le gigot de renne en Scandinavie, la tarte au potiron aux Etats-Unis, la carpe au chou en Serbie, la langouste grillée à La Réunion et le cerf à l'île Maurice. La palme gastronomique revient au Pérou, avec le coeur de taureau rôti, et au Mexique avec la dinde au chocolat ! L'imagination est encore plus fertile sur le chapitre des desserts : pains d'anis ou kouglof (sorte de brioche aux raisins et amandes) en Alsace, fougassettes à l'huile d'olive et à la cassonade en Provence. En Corse, on sert le ceppu (une sorte de bûche) fait avec des châtaignes et du fromage frais de brebis. Point de Noël en Italie sans la fameuse trilogie : mascarpone, polenta et panettone. Si la Belgique régale ses enfants de gaufres et de speculos (gâteaux secs au sucre), l'Angleterre sacrifie au traditionnel Christmas pudding et l'Allemagne au Christstollen (sorte de gâteau aux fruits secs et au marzipan). Le gâteau au pavot est aux Autrichiens ce que le turrón (nougat) reste pour les Espagnols...

    A l'exemple du sapin, la paille joue un rôle très important dans le rite de Noël, et pas seulement parce qu'elle recouvre la crèche (coutume chrétienne remontant au XIIIe siècle et à la vie de saint François d'Assise). La tradition paysanne attribue à la paille des vertus domestiques : elle symbolise la fécondité et assure une bonne récolte, on s'en sert pour chasser les mauvais esprits et, à la campagne, on la répandait sur le sol de la cuisine la nuit de Noël pour recevoir la famille, devant l'âtre.

    Les lits étaient abandonnés aux morts qui revenaient, disait-on. Peut-être ne convenait-il pas, cette nuit-là, de dormir mieux que l'Enfant Jésus lui-même ? L'apparition des crèches miniatures avec leurs santons, notamment en Provence, correspond au moment où, proscrit par la Révolution française, le rite s'est réfugié dans les foyers.

    C'est également de cette époque que datent les agapes familiales et notamment la façon de dresser la table. Les trois nappes (une rouge, une blanche et une troisième brodée de fils d'or, cette dernière étant plus rare) ou les sept desserts...

    De nos jours, il est rare qu'il neige à Noël, ce qui donne un sens au dicton : «Noël au balcon, Pâques aux tisons»... Autre dicton de Noël, bien connu des Niçois : «Quand à Noël tu prends le soleil, à Pâques tu te rôtiras l'orteil»... Ou pire encore, car c'est le cas cette année : «Noël un dimanche, des ennuis en avalanche !»

    Le Figaro – 23/12/05 – Léopold Sanchez

     

    Lien permanent Catégories : Ou encore Imprimer
  • Gloomy days ..

    La gloomitude m'envahit .. et certains se demandent pourquoi !

    Vous voulez vraiment que je vous donne des raisons ?!? vous n'en avez pas suffisement autour de vous, des raisons d'être gloomy, vous, en ce moment ?

    Ben, en voila une première ! 

    On a jamais autant eu facilement accès à de la bonne, de la très bonne musique .. et pourtant:

    http://www.ifop.com/europe/sondages/topalb/alb0549.stm
     

    Vous decouvrirez au passage que Michel Leeb a enregistré -je ne pense pas qu'on puisse dire qu'il l'ait ecrit ou même composé- un disque et qu'en plus, celui-ci est dans les 200 meilleures ventes !!!!!!!!!

    Ou alors, je peux vous raconter les vrais problèmes de Couverts et de Tupperware de Christine S. -célibataire, 48 ans- et de Gaelle BG -miss "planète attitude"- que nous subissons - c'est le mot - au buro (ci-dessous) ... 


    >>> Christine S. 13/12 9:06 >>>
    Chers collègues,

    J'ai fait don à notre cuisine commune d'un ensemble de 6 couverts au décors provençal (vilain, je vous l'accorde, tous les goûts sont dans la nature) mais reconnaissable et utile, il y a 2 semaines. Aujourd'hui il ne reste plus ce matin que 5 couteaux et deux petites cuillères ???? dans le tiroir de la cuisine, les fourchettes et les cuillères à soupe sans doute moins utiles ne manquent pas à l'appel).
    Merci aux paresseux qui viennent chercher le matériel en cuisine mais sont trop fatigués pour le ramener de penser à ceux qui n'aiment pas comme eux tourner leur sucre ou couper leur viande avec des couverts en plastique et continuent à penser que l'on peut réutiliser un couvert en le nettoyant (cela je crois s'appelle du jetable au durable ???).
    Bonne fille, je récidive ce matin avec une nouvelle ménagère en inox ( encore 6 de chaque...) en espérant que ce matériel commun le restera !!!!
    Et pour ceux qui préfèrent privatiser une cuillère ou un couteau ayant sans doute peur des miasmes des autres rien ne vous empêche de vous l'acheter et de vous la garder....

    >>> Philippe D. 13/12 10:06 >>>
    si tu as un service à punch en trop, pensia me !!!!!!!!!!!!!!

    >>> Gaelle G. 13/12 10:25 >>>
    Tant qu'on en est aux petites annonces : si qq'un pouvait rapporter mon tupperware (avec un couvercle violet et une capsule orange) qui a disparu alors qu'il séchait... Merci d'avance !

    On a de vrais problemes dans la vie, ici ! Et ça, ça me rend gloomy ...

    ou encore les candidatures des stagiaires que je reçois dans lesquelles ceux-ci affichent en titre qu'ils veulent être "Chef de Projet de Culturel" en ayant fait une "licence de Communication mention communication" !!! Mais de vous à moi, lui, j'ai décidé de le rencontrer parce que je suis sure qu'il vaut 10 points !!

    Mais ... SURTOUT ... il faut que vous alliez vous ballader sur le rond point des Champs (Elysées) pour observer les parisiens se photographier a coté des sapins blanchis à la bombe !!

    Y EN A QUI NE DOUTENT VRAIMENT DE RIEN !!!!!!!!!

    Et moi, ca me rend gloomy....

     

     

    Lien permanent Catégories : Billets du jour & Essais 2 commentaires Imprimer
  • Convivialité, c'est PARIS !!!!!!!!!!!!

    On a arpenté la ville en métro et voyagé dans la cabine du conducteur, pour aller à la Galerie de l'Evolution, mangé des crèpes, traversé la Seine en Batobus pour aller chatouiller les pieds de la tour Eiffel, vu des voitures rouler sur deux roues, traversé les quartiers chics pour voir les décorations de noël, pris un taxi du genre véhément, tardé le soir et chanté la petite sirène, affronté la cohue pour admirer les vitrines de jouets des Grands Magasins, fait les folles à la messe et vu Paris de Montmartre.

    C'était simplement très chouette, ce WE passé avec Marine - 6 ans, Sophie - 4 ans et Constance - 2 ans

    Mais Paris n'est pas faite pour des enfants en bas âge. Personne ne s'arreterait pour vous aider à monter ou à descendre les escaliers alors que vous avez 3 marmousettes et une poussette à gérer. Devant les vitrines, les adultes pourraient écraser les filles afin de mieux voir eux-memes les animations, ça n'étonnerait personne. Et personne ne se pousserait de qqes centimetres pour vous laisser passer sur le trottoir. Paris avec des enfants, c'est odieux. Et les parisiens sont détestables sur le sujet !

    C'est la conclusion que j'aurai pu retenir de ce WE. Mais ce serait sans compter ce trajet effectué en Bus lors duquel ... 

    - Sophie : C'est marqué quoi là, Chloée ?

    - C'est marqué CONVIVIALITE, Sophie. Et à coté, on peut lire la définition du mot Convivialité ! 

    - Marine : Mais c'est quoi Convivialité ???

    - Sophie hurlant dans le bus avec le plus beau de ses sourires : Convivialité ? C'est PARIS !!!!!!!!

    C'était chouette et cela m'a fait rire tout autant que l'ensemble de nos voisins agglutinés comme des sardines dans ce bus. Mais  j'espère que Sophie n'aura finalement pas retenu la réponse que je lui ai faite à demi-mots :

    - Malheureusement non, Sophie. Paris n'est pas si convivial que ça ! C'est bien pour cela que l'on est obligé d'en afficher la définition dans les lieux publics !!! 

    Lien permanent Catégories : Billets du jour & Essais 0 commentaire Imprimer
  • Et vous vous situez où, vous ??

    Pour plus de 34% d’entre nous, manger est un « plaisir gustatif », avant d’être « indispensable » (33% ) selon les résultats de l’observatoire Quick-BVA 2005 publiés récemment. Cinq profils alimentaires ont été identifiés.

     

    Les « gourmet » (46,7%), plutôt entre 35 et 60 ans, accordent beaucoup de temps à la préparation des repas, plutôt fait maison.

     

    Les « traditionalistes » (26,3%), souvent de plus de 50 ans, prennent des repas équilibrés.

     

    Les « déstructurés » (10%), âgés de 15 à 24 ans, ne respectent pas les règles de l’équilibre alimentaire et sont adeptes du grignotage.

     

    Les « pressés » (9,1%), généralement jeunes et actifs, tout tourne autour de la rapidité.

     

    Agés de 35 à 49 ans, les « désimpliqués » (7,5%) disposent généralement de revenus modestes et considèrent que manger ne sert « qu’à vivre »

     

    Libération – 17 novembre 2005

     

     

    Lien permanent Catégories : Il a été dit 0 commentaire Imprimer