Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Divertissements

     

    D'abord la preuve que certains picards ont beaucoup d'humour!

    http://www.kamini.fr/

     

    Et puis ... je serais prête à parier que les gars ci-dessous sont des english ou des belges...

    En tous cas, c'est un truc que j'aurais beaucoup aimé faire !

    Experience Coke-Menthos

     

     

    Lien permanent Catégories : Ou encore Imprimer
  • Go West

    Pépittes vs Etoiles

    J'ai débuté ma vie parisienne en faisant table rase de beaucoup de choses. C'était en décembre 1995. La fameuse grève des transports commençait. Les bouchons, le stress ... et moi je commençais ma vie à Paris, ma vraie, mon premier job avec une seule envie ...

    Décrocher des étoiles ... et c'est chez Gaumont que je les ai trouvées !!! Cinema-Star-Etoiles ... t'as compris ??!!

    Aujourd'hui je quitte Paris - vraiment cette fois ci - 11 ans plus tard. Je quitte le stress et les strass. Chacun sait que les étoiles qui brillent sont déjà éteintes... 

    Je fais table rase de beaucoup d'autres choses, aussi.. On n'est pas en décembre -certes- mais ici, c'est plein de bouchons aussi ! Je commence une autre vie ... sans stress.

    Je suis là pour prendre mon temps, faire les choses patiemment, assise pas très loin de l'eau, à observer tout ce qui coule pour y dénicher sans l'espérer vraiment les pépittes qui passeront avec le flot et que je compte garder dans mes tamis...

    Posée le long du fleuve, je cherche une chose maléable et pourtant solide .... un truc perenne, qui prenne de la valeur avec le temps... un truc sûr et de confiance ... qui ne brille pas au premier abord et que l'on garde toute sa vie ... quelques grammes d'or ! Et quoi de plus naturel que d'aller les chercher à l'ouest ???

    Ben voilà... si vous me cherchez .. vous savez où me trouver ... à bientôt !

    Lien permanent Catégories : Humeurs Imprimer
  • Pour vous, nous sommes des partenaires !

    Pour ceux qui ne connaissent pas le plaisir de fréquenter ce lieu très jaune et très bleu aussi, je vous propose ci-dessous qqes morceaux choisis d'un grand moment d'administration !

    Jusqu'à present, je m'étais efforcée de venir le matin aux aurores administratives, fraiche et pimpante, dossier que j'imaginais complet à la main.

    Tout d'abord on pousse une sorte de porte blindée/vitrée. Une file de 9 personnes vous devance. Il est 9.02 pétantes. Nous sommes à l'ASSEDIC et je ne sais pas depuis quand ces personnes devant moi sont là, mais a leur mine, on peut imaginer qu'elles ont dormi sur place, en l'etat !!

    Le hall d'entrée (si on peut appeller cela comme ça!) ne fait que 3m. de long, à peine, et vous entrez, tant bien que mal, tentant de fermer cette lourde porte derrière vous, collé entre la personne qui vous précède et la fameuse porte. Alors, vous cherchez des yeux une perspective ... qu'y a t-il après cette file ? 

    Et là, votre regard croule sous une foule de grands panneaux d'affichages très colorés qui tombent du plafond partout autour de vous :

    Avez-vous besoin d'etre conseillé dans votre projet professionnel ?

    Plus de 50 ans : connaissez-vous tous nos outils ?

    Le PARE : un accompagnement personnalisé !

    C'est coloré de partout ... et c'est certainement très beau mais ça ne me renseigne pas ! J'ai juste besoin de m'inscrire, moi ... Alors, c'est en laissant trainer mon regard sur le coin d'un mur que je découvre deux petits panneaux de 15 cm2 à peine sur lesquels sont indiquées 2 informations importantes : Personnes ayant RDV, guichet C. Personnes sans RDV, guichet B. 

    Je décroche mon regard au loin. Après cette file d'attente d'à peine 3m., il y a environ 50m. de batiment et de couloir vide ! Mais nous, on attend ; collés les uns aux autres, sur 3m. à peine. Et attention, la ligne jaune marquée au sol indique clairement qu'il est interdit de dépasser la zone de confidentialité qui nous sépare de ces 50m. de couloirs vides !

    Je constate ensuite qu'effectivement, il y a un guichet C un peu plus loin, special RDV donc, derrière lequel une petit dame attend, tranquilement, seule, feuilletant un magazine. Elle semble ne pas être préoccupée le moins du monde par la queue de plus en plus importante que nous tentons de former avec ordre (pcq les gens continuent d'arriver! Il n'est que 9.08!)

    Et moi, je n'ai pas RDV. Alors, comme tout le monde ici, ou alors comme tous ceux qui n'ont pas eu la chance de voir ce petit panneau de 15 cm2, j'attends dans la queue de ceux qui n'ont pas RDV.

     

    Zone de confidentialité !?!?!! 

     

    Le guichet B, que nous cherchons tous a atteindre (!), est situé à 80 cm. du début de notre file, derrière la fameuse ligne jaune. Vous imaginerez que cette soit-disant confidentialité est finalement très relative. Parce qu'on est maintenant 18, agglutinés sur 3m., placés a 80 cm. de celui qui, au Guichet B, tente de parler de son dossier avec confidentialité !!! 

    Pendant ce temps là, ya la ptite dame du guichet C toujours vide, qui baille un peu en relevant la tête puis la replongeant dans son magazine ! On la devine en pleine concentration professionnelle et c'est assez rassurant !

    Comme tout le monde, je pose mes affaires et j'attends, tentant de prendre la situation comme une distraction. C'est toujours plaisant  d'entendre (que dis-je, d'écouter!!) la situation du gars (le chanceux) qui est au delà de la zone de confidentialité, au guichet B. A entendre/écouter ses propos et ceux de son interlocutrice en retour, on se dit que finalement notre situation à nous est beaucoup plus simple, qu'elle ne necessitera pas 3h00 de dialogue ni 45 justificatifs. Ouf...

    Et puis la file devant vous diminue ; vous vous approchez de la fameuse ligne jaune. Entre temps, vous avez entendu l'intimité assedicienne voire même professionnelle (les 2 sont liées) des 7 personnes qui viennent de passer devant vous. Et vous vous dites :

    1- il va vraiment falloir chuchotter lorsque viendra mon tour pcq je refuse que les gens entendent quoique ce soit.

    2- Avec le métier que je fais, je devrais quand même parvenir à faire mieux que tous ceux qui viennent de passer.

    3- visiblement tous les cas semblent compliqués à traiter alors qu'ils sont si simples à comprendre (à écouter, pardon !)

    4- ou alors, la ptite dame du guichet B n'y comprend rien et faudrait peut-etre la changer pcq ca en fait 7 cas qu'elle renvoit dans leurs buts. 

    5- ou alors, elle est très tatillonne avec les cornichons et là, ca craint des marrons. J'ai interêt à ce que mon dossier soit complet !

    Mon tour arrive enfin... je chuchotte ... lui donne mon dossier ... elle semble finalement comprendre très vite, ce qui est une bonne chose. Pas envie que tout le monde sache ..

    Elle compte mes documents, les scrute, les dépouille même, en fait de multiples copies (en plus de garder les originaux.... rentre des tas de choses dans son ordinateur ... Et s'arrête net : "Ca va pas être possible ... Vous n'etes pas encore radiée!"

    Pardon ? ca veut dire quoi radiée ??? Je lui explique que je ne travaille plus depuis la veille. Que je suis officiellement au chomage... et que cela devrait suffire , non ?!? Et bien Non, cela ne suffit pas ! Pour pouvoir espérer vous inscrire ou en tous cas, être considéré, par l'ASSEDIC, il faut laisser passer qqes  jours entre le moment où vous n'êtes effectivement plus en poste et ... je ne sais pas quand (elle non plus d'ailleurs!)... Mais en tous cas, je suis là trop tôt !!!

    Pour ce premier RDV à l'ASSEDIC, je décide de garder patience, de ne pas d'ores et déjà les critiquer et leur dire combien je pense du bien de ce système ... Non, non.. J'ai bien entendu la petite dame derrière le guichet B. Je reviendrai dans qqes jours, referai la queue de 18 personnes sur 3m pour enfin être considérée comme 'Sans Emploi' !

    Et à ce moment prècis, je ne sais pas quel éclair de génie m'a poussé à poser LA bonne question, celle qui allait m'éviter de faire autant chou-blanc à l'ANPE : en attendant d'être inscrite ici, puis-je aller m'inscrire à l'ANPE ?!?  ce qui me paraissait, en fait, assez logique dans la mesure où, même si je ne figurais pas dans les dossiers ASSEDIC, je n'en étais pas moins effectivement au chômage, donc demandeuse des services de l'ANPE et donc volontaire d'être considérée et enregistrée comme telle !

    Et bien Non !!! N.B. - Ce doit être une réponse préformatée chez eux !! La ptite dame m'a très gentiment expliqué que les deux organisations allaient de paire, qu'elles étaient d'ailleurs reliées informatiquement et que cela ne serait donc pas possible tant que je n'etais enregistrée ici !!! (Bien evidemment, vous penserez comme moi aux chiffres annoncés officiellement chaque mois !)

    Pour le reste, je vous laisse deviner ... Lors des mes deuxième et troisième RDV, différents interlocuteurs ont commencé à enregistrer mon dossier ! Chacun a fait de multiples photocopies de tous les documents en cours ainsi que de mon identité (ils doivent avoir une pile complète de copies de mon passport dans l'un de leur bureau, je pense - ca tombe bien, je suis particulierement souriante sur la photo ! j'y fais une tête jusqu'en bas, prête à égorger le premier qui passe ! mais cette photo de passport, c'est l'illustration parfaite d'un autre grand moment d'administration que je vous épargnerai !!)

    Entre temps, convocation officielle à la main, je me suis rendue à l'ANPE. J'ai suivi une pseudo réunion sans aucun intérêt, mené par un type même pas convaincu de ses propos, qui était censé nous faire part du contrat qui nous lierait nous, Demandeurs d'emploi à Eux ANPE ! Pour Vous, nous sommes des partenaires, qu'il disait !!

    Et quand je me suis enfin retrouvée devant une ptite dame très sympa pour être enregistrée comme officielle demandeuse d''emploi, celle-ci à tapoté sur son ordinateur, s'est arrétée net (dans la même position que la ptite dame de l'Assedic !!)  : Ca va pas être possible ! Vous n'êtes pas encore référencée à l'ASSEDIC ... Je lui explique mon cas, celui que vous connaissez par coeur maintenant ! blabla ..

    Et là, contrairement à toute attente, je tire ma révérence ... cette dame, outre-passant les compétences de tous les fonctionnaires qu'il m'ait été possible de rencontrer, m'a regardée et ma dit : ce n'est pas grave ... je vais garder une trace de tout ce que nous venons de nous dire... et vérifierai tous les jours à venir où en est votre situation. Dès que c'est possible, je remplierai votre dossier seule et vous contacterai si nécessaire. D'ici là, fonctionnons par mail ... cela vous évitera d'avoir à vous deplacer. Mais cela sera de vous à moi !!!

    Je suis restée bouche-bée, incapable de réagir, absolument ravie... Heureuse de constater qu'il y avait parfois un espoir parmi tant de fonctionnariat !!!!

    Depuis, Mme M. et moi-même correspondons par mail. Nous échangeons des formules très agréables qui consistent essentiellement à nous remercier l'une et l'autre de notre réactivité et à nous saluer de manières distinguées. Mais au final, en 3 coups de cuiller à pot, le tour était joué. Aucune ligne jaune de confidentialité ne nous séparait et mon dossier était suivi et enregistré !

    Aujourd'hui, c'est mon quatrieme passage a l'ASSEDIC en une semaine. Je ne désespère pas ... j'espère chaque jour un peu plus qu'il y ait une Mme M. derrière le guichet B !

     

    Lien permanent Catégories : Billets du jour & Essais 2 commentaires Imprimer