Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Le monde m'épate et la vie avec !!!

    J'ai quand même un métier à-part ... vraiment pas donné à tout le monde et ... ça m'éclate !!

    Aujourd'hui j'ai découvert une nouvelle espèce (enfin, nouvelle pour moi !!) ... Et j'avais envie de vous en faire profiter parce que c'est marrant !! L'espèce en question c'est les tardigrades ...

    T’as dit quoi ? Tardigrade ?

    C’est quoi ces machins-là, me demanderez-vous ?

    Alors, vous pouvez essayer de trouver la réponse dans le Dico Nature, mais vous trouverez ici à coup sûr une réponse déjà pas mal détaillée.

    En anglich, on les nomme « ours aquatiques » (water bears) car leur apparence générale rappelle celle d’un ours couché au sol, les pattes écartées.

    Ces organismes sont de très petite taille et excèdent rarement un demi-millimètre. Ce sont des petites bêtes avec quatre paires de pattes, chacune se terminant par une série de crochets qui servent à grimper sur la végétation (quand il y en a).

    La bouche conduit à un pharynx muni de stylets pointus qui servent à percer les tissus et aspirer l’intérieur des proies. Les tardigrades se nourrissent principalement de tissu végétal mais parfois aussi de petits invertébrés. Ils ont une reproduction sexuée.

    Les sexes sont séparés, mais il existe une quantité de femelles surnuméraires (veinards, les mecs !). Voilà à quoi ça ressemble :

    9c56c457a959ff382efbfce7cb17a84b.jpg                                                           db122fc8fd740dbbb0a24183e0473f07.jpg

    Et ça vit où ? Les tardigrades habitent principalement les milieux aquatiques associés aux mousses, aux algues, aux racines des plantes ou encore les fonds vaseux et les interstices du sable. Mais à vrai dire, ils peuvent vivre à peu près partout et on les trouve sur toute la surface de la Terre.

    Et si vous en voulez plus sur les Tardigrades :

    Le site d'un amateur de Tardigrades !!

    ou encore www.tardigrades.com

    Amis des petites choses de la vie, je vous souhaite une agréable journée !!

    Lien permanent Catégories : Billets du jour & Essais Imprimer
  • Ca pouvait être un jour … et ce fût aujourd’hui !!

     Je me suis toujours dit que ça serait possible, qui sait ? même si les probabilités seraient infimes !! et voilà …

    L'histoire commence, il y a environ 10 ans..

    Je me suis retrouvée dans une soirée organisée par Cédric Klapisch pour la sortie de son film «Chacun cherche son Chat». Cela se tenait au Balajo et un par-terre de people s’y trouvait invité – d’ailleurs plus nombreux que les invités lambdas comme moi (le Balajo, c’est pas gigantesque, en plus) : en dehors de l’équipe du film – Garance Clavel, Olivier Py, Romain Duris … - il y avait Jacky Berroyer, Claude Berry, la chanteuse de Niagara (de ce que je me souviens), des dizaines de gens du show-bizz et du cinéma et … et … Mathieu Kassovitz ! Il était accompagné de toute l’équipe de son film « la Haine ».La soirée était vraiment très chouette… c’était la grande époque du cinéma : alcool à gogo, buffet splendide … et tout cela dans une ambiance de potes (il le sont souvent tous). L’orchestre de cuivres et bandonéons du film assurait la musique et ça donnait un coté super convivial aux festivités …

    Ce soir là, Marie – ma copine de Gaumont et moi, étions sur une autre planète … Je me rappelle avoir bu du vin aux goulots de bouteilles avec Romain Duris, échangé des banalités sur la plastique humaine avec Olivier Py dans les toilettes, discuté avec madame Renée - la petite grand mère du film - de l’homosexualité (elle venait de mettre mal à l’aise JL Delarue à ce sujet) … et … et … avoir ondulé mon corps aux cotés de Mathieu Kassovitz !!

    En sortant de cette soirée, j’étais, comme Marie, sur la lune… Cette soirée est d’ailleurs encore aujourd'hui, pour Marie comme pour moi, l’une des plus mémorables de notre vie, même si nous en avons partagé bien d’autres du même type par la suite.

    Et depuis ce jour, me traîne dans la tête, l’idée de revoir une fois, une seule, le fameux Mathieu Kassovitz. Non pas que je me sois lancée dans des fantasmes … je me fiche complètement de lui.  Non, non, je rêvais simplement de me retrouver une fois, une seule encore, face à lui, juste parce que le moment à l'époque m'avait plu (pourquoi Kassovitz plutot que Duris ??!! no se) et que ces moments, finalement rares dans la vie, laissent toujours un goût qu'on a inconsciemment envie de retrouver un jour.

    Et ce moment est arrivé … aujourd’hui.

    Je descendais dans le 14eme rejoindre ma sœur en scooter… Arrêtée à un feu, je patientais sous la chaleur. Une grosse moto vient doucement s’échouer a mes cotés… Machinalement et comme tous bons motards, nous échangeons un regard … et qui découvre-je sous son casque aussi accablé de chaleur que moi ?? Mathieu Kassovitz !!!!!!!!!!

    Mon cœur n’a pas bondi, je n’ai pas été étonnée, et cela ne m’a pas fait réagir au quart de tour comme on pourrait l'imaginer. J’ai juste observé du coin de l’œil, voir si je pouvais me tourner de nouveau. Il m’a fait un grand sourire. Le feu durait des plombes et nous crevions de chaud… Lui moins que moi, certainement, puisqu’il était en short et en T-shirt.

    J’étais juste ravie de ce petit moment. Il n’y avait personne autour de nous et nous étions à 80 cm l’un de l’autre … Nous souriant en motards qui se respectent.

    Et à ce moment précis, nous partagions au moins une chose : nos fidèles destriers (en plus de la chaleur !).

    Je ne le regardais pas lui ... je regardais ses jambes, ses bras, ses mains ... dénudés. Mon regard trainait sur ses genoux. Ca me plaisait. Je l'enviais et en même temps j’observais que son T-shirt et son short ne le protégeraient absolument pas en cas d’accident. Et de vous a moi, je trouverais quand même dommage que Kassovitz se brûle les jambes ou les bras pour une telle négligence.

    Ca a du l'etonner de me voir apensatir mon regard sur ses jambes à peine poilues plutot que sur son visage. Et là, c'est lui qui me regardait !!! Pour etre honnéte, j'ai beaucoup aimé !

    Alors c’est avec un naturel et une spontanéité proches du déconcertant que je lui ai dit «Vous risquez de vous bruler gravement si vous tombez..». Il m’a souri, ne s'attendant probablement pas à ma remarque et m’a répondu de sa voix grave, tout droit sortie de sa pomme d’Adam (j’aime très particulièrement sa pomme d’Adam !!) avec un ton rassurant et plutôt charmant : « Mais...... je ne tomberai pas !! ».

    Je lui ai souri aussi (même si j'ai prété plus d'attention à ses bras et à ses jambes qu'au reste, faut avouer que le Mathieu Kassovitz en question, il a quand même un très très très charmant sourire). Et nous avons démarré nos destriers puisque le feu venait de passer au vert.

    En me devançant, il m’a adressé un clin d’œil et notre chemin s’est poursuivi traversant la Seine sur ce pont (mon passage préféré de Paris) jusqu’au Bd Port Royal…

    Il faisait beau, nous nous suivions … l’un devant l’autre, échangeant de place en fonction des feux … et j‘ai simplement aimé … C’était juste Bon et sur le reste du chemin, j’étais juste ravie que ce moment que je n’aurai jamais vraiment espéré se soit re-produit … Le hasard d'une circonstance finalement rare ...

    Qu’est-ce que c’est bon la vie… sous le soleil, en scooter à traverser Paris… truffée de surprises charmantes comme celle-ci …

    Et finalement ?? Cette histoire refléte parfaitement mon état d'esprit et ma vie d'aujourd'hui.

    Je crois aux surprises... je crois aussi aux choses qu'on espère sans jamais vraiment y croire... ça la rend tellement belle !!! La vie coule doucement sans faux espoirs, ni attente... juste comme ca... Ca ne se fait pas, c'est pas grave et si ça se fait, qu'est-ce que c'est bon !!! Juste s'en donner les moyens, saisir les opportunités sans les espérer ... et un jour ...

    Du coup… même si certain/certaines auront bon en rire… moi je crois à une même surprise, aussi furtive et sans plus d'intérêt avec un certain Baer... oui j’y crois … juste pour le plaisir, juste pour me dire que tout est possible…

    Et des surprises comme celle-là, je suis surtout sûre d'en avoir plein d'autres avec des gens que vous ne connaissez même pas. C'est l'idée simple d'en avoir envie qui est vraiment bonne !!!

    Lien permanent Catégories : Humeurs Imprimer
  • Qui a inventé la Fête des Pères ?

     Et pourquoi c'est le 19 juin?

    C'est elle, miss Sonora Smart Dodd. A 27 ans, un dimanche de mai 1909, dans un temple de Spokane, en écoutant le sermon de la Fête des Mères, elle se dit : "Pourquoi pas les papas?" Explicable : sa mère était morte en couches et c'est M. Smart qui avait élevé seul ses six gosses.

    Sonora Smart se mit en campagne à Spokane. Au début, les messieurs lui rirent au nez et certains lui conseillèrent de lancer plutôt, s'il s'agissait de faire plaisir aux pères, une Fête de la Pêche. Sonora s'obstina et gagna. William Smart, le père méritant, étant né un 19 juin, la première Fête des Pères fut célébrée le 19 juin 1910 à Spokane. Puis se répandit dans le pays. En France, elle est officielle depuis 1952.

    Pour la Fête des Mères, rappelons que l'inventeur en France en est... Napoléon. Pour une raison facile à comprendre : sa manie de la guerre ayant décimé la population, il fallait refabriquer un max de gosses pour regarnir les rangs et les envoyer se faire tuer à leur tour dans les guerres de demain. D'où l'idée de fêter les génitrices et d'encourager leur action. Quatre gosses, cinq , six, sept...

    Une siècle plus tard la Fête des Mères sera relancée, pour les mêmes raisons, au lendemain de 14-18 : pour remplir les divisions du futur. De la poésie pure.... !!!

    Lien permanent Catégories : Ou encore Imprimer
  • Vraiment n'importe quoi !

    Quand des professionnelles de la communication finissent la soirée au N'IMPORTE QUOI  bar qui porte merveilleusement son nom et que nous vous conseillons vraiment - rue du Roule - Paris 1er, à ranger et à nettoyer les lieux ... L'équipe de nettoyage la mieux payée de l'histoire du bar ... C'est Francois, le Barman, qui peut se féliciter...

    V. M. - 36 ans - Consultante - Ex. Directrice en agence

    A. D. - 30 ans - Planneur Stratégique en agence

    F. G. - 35 ans - D.G. d'une agence

    C. dlS - 32 ans - Chargée de Com. - anciennement en agence

    ... ont touché le fond ce soir là ... limite pathétic !

     

    En nettoyant le bar du N.I.Q.

    Oh, La la ... Mais qu'est-ce qu'ils boivent les gens !

    Comme dirait mon père "Faut pas faire pour le faire... Faut le faire pour que ce soit fait !"

    A. D.

    Y'a un espèce de troquet sur le bar !

    Torchland, le pays où il fait bon vivre

    F. G.

    Tu connais les entourages, enfin, les alentours ?

    C. dlS

     

    En balayant le sol du N.I.Q.

    J'adoôôôre balayer. En même temps, ce que je fais aujourd'hui, c'est pas loin d'être balayeuse.

    Et au monsieur qui avait perdu son portefeuille :

    Tu peux nous fouiller, mais vraiment je t'assure que ... nous on est des filles pétées de tunes, donc si tu veux ... on joue les filles du Nord comme ca, mais ... moi j'ai rien vu ! Pourtant j'ai balayé partout !

    V. M.

    Et parce qu'on est des filles trendy ...

    On va à Knokke-Le-Zout pour le 14 juillet parce qu'on est à contre-courant.

    V.M.

     

    C'est vraiment N' Importe Quoi...

     

    Lien permanent Catégories : Il a été dit Imprimer